Ceci est un avertissement:

La Maison de la littérature est actuellement fermée, incluant la chute à documents, et ce, jusqu'au 26 juin inclusivement.

La  programmation de la scène littéraire est maintenue. La Maison ouvrira 45 minutes avant chaque activité. 

Pour plus d’information : www.bibliothequedequebec.qc.ca

À carnets ouverts | Radiale

Dimanche 18 juin 2023

  • 15h00
  • Scène littéraire, Maison de la littérature

Le 18 juin 2023

À carnets ouverts | Radiale

Gratuit

À carnets ouverts propose au public de découvrir le travail effectué par les artistes lors de leur résidence ou laboratoire de création.

Après quinze ans d’écriture et de lectures publiques, Valérie Forgues a senti le profond désir de se brasser la cage, de davantage performer que de lire ses poèmes, agrippée à ses feuilles. À travers ce laboratoire de création, elle souhaitait aller à la rencontre de sa vulnérabilité en tant qu’autrice, sortir de sa tête, habiter davantage son corps lorsqu'elle présente sa poésie. Elle voulait aussi explorer comment danse et poésie peuvent se nourrir l’une l’autre. L’idée de travailler avec l’artiste en danse Julia-Maude Cloutier s’est imposée d’emblée. Son engagement, son énergie, sa façon d’aborder poésie et mouvement ont ouvert une brèche en l'autrice de Radiale, une partie qui avait besoin d’habiter davantage son corps pour vivre et sentir les mots.

Ensemble, elles ont exploré les possibles qu’ouvrent leurs disciplines respectives et commencé à créer une lecture en mouvement de Radiale dans laquelle le corps et les poèmes se rencontrent. La performance sera suivie d'une période de questions animée par Carolyne Ménard.

Musique : Daniel Deslauriers

« Les poèmes qui composent Radiale sont des apprentissages auxquels on ne peut échapper. Dans une maison où la mémoire brûle, sous la tôle froissée qui emporte l’enfance comme l’amour, à chaque dent de lait arrachée, on rêve d’îles où se poser. Il faut s’engager, creuser en soi, porter la chute comme un habit de lumière pour s’en délivrer. Sachant ce qu’on risque de perdre à tout moment, on prie des dieux qui n’existent pas, on revisite les lieux, on se transforme, on écrit. Le cœur branle, ne tient qu’à un fil. Il va tomber ou être arraché. Tour à tour histoire d’une traque et d’un enracinement dans le vide et la matière, c’est encore et surtout une histoire à laquelle il faut croire pour rester en vie. » - Valérie Forgues

Photos : courtoisie et Elias Djemil

Dimanche 18 juin 2023

  • 15h00
  • Scène littéraire, Maison de la littérature

À découvrir également

Suggestions du Salon