Le lièvre d'Amérique de Mireille Gagné sera mis à l'honneur lors de la troisième édition de l'initiative Une ville, un livre

Fière d’être ville de littérature UNESCO et forte du succès de ses deux premières éditions, Québec récidive en présentant une troisième édition d’Une ville, un livre, une initiative rassembleuse qui vise à encourager les citoyennes et citoyens à lire un même livre, à en discuter et à découvrir la littérature d’ici. À la suite du vote du public, le titre qui sera mis à l’honneur est Le lièvre d’Amérique de Mireille Gagné (La Peuplade, 2020). Les activités entourant cette nomination seront connues le 1er mars 2021. D’ici là, la population est invitée à lire ce roman, une fable moderne rythmée par un désir de performance qui laisse place à l’appel de la nature.

 

Le lièvre d’Amérique faisait partie des quatre titres finalistes sélectionnés par le milieu littéraire de Québec avec Un beau désastre de Christine Eddie, Shuni de Naomi Fontaine et Les constellées de Daniel Grenier. Le roman a récolté le plus grand nombre de votes de la part du public. Il succède ainsi à la bande dessinée La petite Russie de Francis Desharnais, élue l’an dernier, et au roman Les chars meurent aussi de Marie-Renée Lavoie, mis à l’honneur en 2019, lors de la première édition de l’initiative à Québec.

 

Le lièvre d’Amérique 

Écrit par une autrice de Québec et publié il y a moins de trois ans, le livre a été sélectionné pour ses qualités littéraires, son potentiel à rejoindre un large lectorat et l’universalité des thèmes qu’il aborde – attraits que son succès au vote populaire vient confirmer. Le lièvre d’Amérique est le premier roman de Mireille Gagné, qui est également poète et nouvelliste. Depuis sa publication, le titre collectionne les éloges. Il a notamment été finaliste du Prix Les Inrockuptibles, catégorie Premier roman et finaliste du Prix Wepler – Fondation La Poste en France, en plus d’être sélectionné dans la liste préliminaire 2021 du Prix des libraires du Québec. 

L’organisme de Diane tente de s’adapter doucement. Elle dort moins, devient plus forte et développe une endurance impressionnante. L’employée modèle qu’elle était peut encore plus se surpasser au travail. Or des effets insoupçonnés de l’intervention qu’elle vient de subir l’affolent. L’espace dans sa tête se resserre, elle sent du métal à la place de ses os. Tout est plus vif – sa vision, son odorat, sa respiration. Comble de la panique, ses cheveux et ses poils deviennent complètement roux en l’espace d’une nuit. Et puis les mâles commencent à la suivre. Quinze ans plus tôt, Diane connaît un été marquant de son adolescence à l’Isle-aux-Grues, ces jours de grosse mer où Eugène bravait les dangers, la fascination de son ami pour les espèces en voie d’extinction et – comment s’en remettre – le soir de l’incendie.

Ce roman, une fable animalière néolibérale, s’adresse à celles et ceux qui se sont égarés. (La Peuplade)

 

Mireille Gagné, l’autrice

Née à l’Isle-aux-Grues, Mireille Gagné vit à Québec. Elle travaille dans le domaine de la culture et des communications. Elle a publié quatre recueils de poésie aux Éditions de l’Hexagone : Les oies ne peuvent pas nous dire (2010), Les hommes sont des chevreuils qui ne s’appartiennent pas (2015), Minuit moins deux avant la fin du monde (2018) et Le ciel en blocs (2020). Elle a également publié deux recueils de nouvelles Noirceur et autres couleurs aux Éditions Trampoline (2010) et Le syndrome de takotsubo aux éditions Sémaphore (2018), ce dernier lui ayant valu le titre de finaliste du Prix de création littéraire de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec 2019. Son premier roman, Le lièvre d'Amérique paru aux éditions La Peuplade (2020), connaît un vif succès en France et au Québec.

Participer à Une ville, un livre  

Des activités en lien avec le livre mis à l’honneur auront lieu au cours du mois de mars 2021. La programmation de la troisième édition sera dévoilée le 1er mars sur le site www.unevilleunlivre.ca.

Pour rester à l’affût des dernières nouvelles concernant Une ville, un livre, le public est également invité à s’abonner à la page Instagram @unevilleunlivre et à suivre la page Facebook Québec, ville de littérature.

 

À propos d’Une ville, un livre

Créé en 1998 à Seattle, le projet prend rapidement de l’ampleur et compte aujourd’hui plus de 400 initiatives à travers le monde. Il a pour objectif de promouvoir le plaisir de la lecture, d’augmenter le nombre de lecteurs et de resserrer le tissu social en favorisant l’échange entre les lecteurs. L’Institut canadien de Québec, gestionnaire de la Bibliothèque de Québec et de la Maison de la littérature, assure la gestion des projets et programmes liés à Québec, ville de littérature UNESCO, dont celui-ci.

 

À propos du Réseau des villes créatives de l’UNESCO

Le Réseau des villes créatives de l’UNESCO est actuellement formé de 246 villes membres couvrant 7 domaines créatifs : artisanat et arts populaires, design, film, gastronomie, littérature, musique et arts numériques. Il a été créé en 2004 pour promouvoir la coopération avec et entre les villes ayant identifié la créativité comme un facteur stratégique du développement urbain durable.

 

Photo du livre : Nadia Morin | Photo de l’autrice : Laurence Grandbois Bernard